Paris et le Havre contribuent au projet GeoBaPa

Le 17 décembre 2018

Les collectivités de Paris et du Havre ont rejoint le projet GeobaPa en 2017. Leur contribution est cruciale pour le projet qui entend rassembler les futurs utilisateurs du fond pédo-géochimque du Bassin Parisien. Et qui s’appuie sur les connaissances de la qualité des sols des maîtres d’ouvrage locaux.

Les villes clefs pour la caractérisation des sols urbains

La contribution de collectivités urbaines est centrale, car le déficit de connaissances en matière de teneurs habituelles dans les sols urbains est important. Ce sont des sols très remaniés et sur lesquels on dispose finalement de peu de connaissance scientifique. En tant que maîtres d’ouvrage publics, les collectivités locales ont accumulé une réelle expertise dans ce domaine.

« Beaucoup d’aménageurs font sans le savoir excaver des déblais qui ont de la valeur »

Emmanuel Cazeneuve, Soltracing

« Beaucoup d’aménageurs font sans le savoir excaver des déblais qui ont de la valeur. Ils gèrent des terrains à fort potentiel pour l’économie circulaire » explique Emmanuel Cazeneuve, président de Soltracing et co-fondateur de Hesus. Si cela est vrai pour les matériaux de chantier, c’est également valable pour les données d’analyse de sol. Une source d’information dormante répartie chez des acteurs variés de l’aménagement du territoire.

Donner de la valeur aux données sur les sols

C’est la conviction des porteurs du projet GeoBaPa. Mais encore faut-il exploiter ces données. C’est là qu’interviennent les expertises de BG Ingénieurs Conseil et de Geovariances, partenaires sur le projet. Jean-Jacques Péraudin, responsable commercial chez Geovariances connaît bien cet enjeu : « Structurer des tableaux de mesures brutes par une analyse statistique approfondie donne immédiatement de la valeur à ces données de sols. » Les ressorts ? « Améliorer la fiabilité de l’interprétation des données et maîtriser mieux les prises de décision associées. »

« Structurer des tableaux de mesures brutes par une analyse statistique approfondie donne immédiatement de la valeur à ces données de sols. »

Jean-Jacques Péraudin, Geovariances

Pour Antoine Ilef, chargé de projet au service Environnement de la Ville du Havre, c’est le partage d’expérience avec d’autres collectivités qui est intéressant. La Ville du Havre a d’ailleurs été pionnière sur ces sujets puisqu’elle a engagé des travaux sur les valeurs de fond géochimique de l’agglomération havraise dès 2011.

A Paris, l’enjeu est avant tout la perspective d’une meilleure gestion des terres excavées, à laquelle travaille la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement. Avec la volonté politique forte des élus en faveur de l’économie circulaire, le projet faisait sens

Les collectivités, premiers acteurs de la valorisation des terres excavées

Car au-delà du projet GeoBaPa, les collectivités locales sont aussi les premières concernées par la valorisation des déchets du BTP. Elles représentent en effet 40%* du chiffre d’affaires annuel du secteur des travaux publics. A ce titre, leur implication est cruciale pour construire un outil qui a vocation à être diffusé largement. Pour Coline Eychène, cheffe de projet chez Soltracing, le rôle des collectivités locales est majeur dans la mise en œuvre des bonnes pratiques de gestion des terres excavées. Elles sont les premiers acteurs de la commande publique. Or on connaît aujourd’hui l’effet de levier des marchés publics en matière de structuration des filières d’économie circulaire.

Partenaires et soutiens