Category Archives: Innovation

Le projet GeoBaPa anticipe la valorisation des terres excavées


Le projet GeoBaPa anticipe la valorisation des terres excavées

Le 6 février 2017

Comment utiliser une cartographie des sols pour localiser la demande en terres excavées sur un territoire ? C’est l’une des questions essentielles du projet GeoBaPa qui vise à établir un référentiel de fond pédo-géochimique en Île-de-France et en Normandie. Le 12 décembre 2016, une dizaine d’acteurs de l’aménagement a testé différents scénarios de cartographies à la Maison des Acteurs du Paris Durable.

Tester un outil d'aide à la valorisation des terres

Avec le soutien de l’Atelier des Acteurs du Paris Durable, Soltracing a rassemblé une dizaine d’acteurs du secteur de l’aménagement, du terrassement et des sites et sols pollués. L’atelier prospectif visait à explorer les formats et les usages des futurs référentiels de fond pédo-géochimique[1] du bassin parisien. L’objectif ? Tester l’utilisation de différents formats de cartes pour prévoir la faisabilité d’opérations de déblais – remblais entre chantiers.

En tant que coordinateur du projet, Soltracing a tout d’abord réaffirmé son ambition d’impulser une nouvelle filière de valorisation des terres excavées entre chantiers proches. Et pour cela, le référentiel élaboré par le projet GeoBaPa est fondamental. Andy Heurckmans, responsable technique chez Soltracing, rappelle en effet qu’ « un cadre transparent est essentiel pour sécuriser ces opérations ».

« L’objectif est de faciliter la valorisation des terres excavées hors de leur site d’excavation en toute sécurité. »
Andy Heurckmans
Responsable technique

Maîtres d’ouvrage franciliens, entreprises de terrassement, institutions et organismes se sont prêtés au jeu de rôle. Objectif : valoriser le plus de terres possible dans la mesure de leur compatibilité avec les valeurs de fond du site receveur et dans le respect du cadre réglementaire. Une simulation jouée par trois équipes en charge de chantiers de terrassement. Accompagnées d’une équipe « bureau d’études » et d’une équipe représentant l’autorité administrative compétente.

Vers une cartographie simple d'usage

A l’issue du jeu de rôle, la question du niveau de précision de l’outil a été centrale.« Comme tout outil, la cartographie est une combinaison de choix et n’est jamais neutre. Ici, l’objectif est de faciliter la valorisation des terres excavées hors de leur site d’excavation en toute sécurité. », rappelle Coline Eychène, cheffe de projet chez Soltracing. L’enjeu est donc de faire les bons choix de représentation. Un équilibre à trouver entre l’économie circulaire des matériaux excavés et le maintien de la qualité chimique des sols.

Lithologies observées dans les sols excavés d'un chantier francilien en 2017

Concrètement, les participants se sont interrogés sur la représentation de la variabilité des teneurs dans la profondeur du sol et du sous-sol. Et en ont testé les implications pratiques sur les chantiers.

les maîtres d’ouvrage ont un rôle décisif. Le principal levier ? Leur capacité à anticiper la valorisation des terres excavées sur les projets d’aménagement.

La priorité est en effet de mettre en place un outil autonome. Or, si la cartographie devenait trop complexe, il faudrait alors imaginer des services complémentaires mobilisant des algorithmes de compatibilité environnementale. Le degré de précision n’est donc pas neutre et donne lieu à débat. Pourtant, l’absence de marché officiel de valorisation des terres et la persistance du recours à des critères environnementaux inadaptés ou incomplets demeurent actuellement bien plus préoccupantes.

Un atelier participatif

Le maître d'ouvrage, le bureau d'études et le terrassier

Au cœur de cette démarche, professionnels et universitaires mobilisés. Le projet les associe à la réflexion dès le départ. Ils sont en effet les premiers concernés par les évolutions règlementaires portant sur la gestion des déchets du BTP.

A ce titre, les maîtres d’ouvrage ont un rôle décisif. Le principal levier ? Leur capacité à anticiper l’optimisation de la valorisation des terres excavées sur les projets d’aménagement. Concrètement, dès la phase préparatoire, les nouveaux référentiels permettent ainsi de prévoir l’usage potentiel des déblais. L’outil doit donc être pris en main en amont par leurs services techniques.

Ou à défaut par les bureaux d’études spécialisés en environnement et sites et sols pollués qui les accompagnent. Quelques-uns des maîtres d’ouvrage franciliens principaux ont ainsi participé à l’atelier, parmi lesquels Plaine Commune, SNCF Réseau, la ville de Paris, l’EPF Île-de-France et Artémis pour l’assistance à maîtrise d’ouvrage de la Société du Grand Paris.

 

Demain, le fond pédo-géochimique francilien-normand pourra ainsi donner lieu à des prestations nouvelles de valorisation hors site des terres excavées. Les bureaux d’études sont aussi en attente de valeurs témoins pertinentes pour l’interprétation des diagnostics en sites et sols pollués.

 

Quant aux professionnels du terrassement, ils sont les acteurs historiques de la valorisation des terres excavées. Le 12 décembre, les entreprises Bouygues Construction, Eiffage et Colas représentaient les fédérations régionales et nationales des travaux publics – FRTP et FNTP.

Atelier prospectif organisé par Soltracing en décembre 2016 à la Maison des Acteurs du Paris durable -
Atelier prospectif organisé en décembre 2016 à la Maison des Acteurs du Paris durable

***

[1] Le fond pédo-géochimique anthropique correspond à la gamme des teneurs d’une substance dans un sol en lien avec les processus géologiques, pédologiques et des contaminations anthropiques diffuses (à l’exclusion des contaminations ponctuelles anthropiques)

 

En savoir plus

Le projet GeoBaPa est lauréat de l’Appel à Manifestation d’Intérêt 2015-2020 « Transition écologique et valorisation économique » du contrat de Plan Interrégional Etat-Régions (CPIER) Vallée de la Seine. Il est soutenu par l’Etat, l’ADEME et les régions Ile-de-France et Normandie.

Les porteurs du projet

soltracing-logo-web

Soltracing, acteur spécialisé de l’économie circulaire proposant une solution de traçabilité complète des mouvements de terres excavées. Soltracing permet leur valorisation hors site via un référentiel de compatibilité environnementale, notamment pour les terres non impactées.

BG-logo-étendu

BG Ingénieurs Conseils, bureau d’études spécialisé en Environnement et Sites Pollués. BG apporte son expertise dans le cadre de grands projets franciliens générateurs de déblais.

Geovariances-logo-png

Geovariances, spécialiste en traitement statistique de données et en géostatistiques. Les applications se déclinent dans de nombreux domaines, notamment la caractérisation des sites et sols pollués.


Paris et le Havre contribuent au projet GeoBaPa


Paris et le Havre contribuent au projet GeoBaPa

Le 17 décembre 2018

Les collectivités de Paris et du Havre ont rejoint le projet GeobaPa en 2017. Leur contribution est cruciale pour le projet qui entend rassembler les futurs utilisateurs du fond pédo-géochimque du Bassin Parisien. Et qui s’appuie sur les connaissances de la qualité des sols des maîtres d’ouvrage locaux.

Les villes clefs pour la caractérisation des sols urbains

La contribution de collectivités urbaines est centrale, car le déficit de connaissances en matière de teneurs habituelles dans les sols urbains est important. Ce sont des sols très remaniés et sur lesquels on dispose finalement de peu de connaissance scientifique. En tant que maîtres d’ouvrage publics, les collectivités locales ont accumulé une réelle expertise dans ce domaine.

« Beaucoup d’aménageurs font sans le savoir excaver des déblais qui ont de la valeur »

Emmanuel Cazeneuve, Soltracing

« Beaucoup d’aménageurs font sans le savoir excaver des déblais qui ont de la valeur. Ils gèrent des terrains à fort potentiel pour l’économie circulaire » explique Emmanuel Cazeneuve, président de Soltracing et co-fondateur de Hesus. Si cela est vrai pour les matériaux de chantier, c’est également valable pour les données d’analyse de sol. Une source d’information dormante répartie chez des acteurs variés de l’aménagement du territoire.

Donner de la valeur aux données sur les sols

C’est la conviction des porteurs du projet GeoBaPa. Mais encore faut-il exploiter ces données. C’est là qu’interviennent les expertises de BG Ingénieurs Conseil et de Geovariances, partenaires sur le projet. Jean-Jacques Péraudin, responsable commercial chez Geovariances connaît bien cet enjeu : « Structurer des tableaux de mesures brutes par une analyse statistique approfondie donne immédiatement de la valeur à ces données de sols. » Les ressorts ? « Améliorer la fiabilité de l’interprétation des données et maîtriser mieux les prises de décision associées. »

« Structurer des tableaux de mesures brutes par une analyse statistique approfondie donne immédiatement de la valeur à ces données de sols. »

Jean-Jacques Péraudin, Geovariances

Pour Antoine Ilef, chargé de projet au service Environnement de la Ville du Havre, c’est le partage d’expérience avec d’autres collectivités qui est intéressant. La Ville du Havre a d’ailleurs été pionnière sur ces sujets puisqu’elle a engagé des travaux sur les valeurs de fond géochimique de l’agglomération havraise dès 2011.

A Paris, l’enjeu est avant tout la perspective d’une meilleure gestion des terres excavées, à laquelle travaille la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement. Avec la volonté politique forte des élus en faveur de l’économie circulaire, le projet faisait sens

Les collectivités, premiers acteurs de la valorisation des terres excavées

Car au-delà du projet GeoBaPa, les collectivités locales sont aussi les premières concernées par la valorisation des déchets du BTP. Elles représentent en effet 40%* du chiffre d’affaires annuel du secteur des travaux publics. A ce titre, leur implication est cruciale pour construire un outil qui a vocation à être diffusé largement. Pour Coline Eychène, cheffe de projet chez Soltracing, le rôle des collectivités locales est majeur dans la mise en œuvre des bonnes pratiques de gestion des terres excavées. Elles sont les premiers acteurs de la commande publique. Or on connaît aujourd’hui l’effet de levier des marchés publics en matière de structuration des filières d’économie circulaire.

Partenaires et soutiens


Le projet GeoBaPa va bousculer la notion de terre inerte dans le BTP


Le projet GeoBaPa va bousculer la notion de terre inerte dans le BTP

Le 26 juin 2016

Après plus de 10 ans d’attente, le fond géochimique territorial francilien et normand va enfin voir le jour. GEOBAPA, c’est l’alliance d’une start-up innovante de l’économie circulaire avec deux bureaux d’études experts en sites et sols pollués et en géostatistique. Le tout impulsé par une politique de soutien ambitieuse de l’ADEME. Un projet scientifique pour une ambition forte : augmenter le taux de valorisation des terres excavées dans le BTP. Ou comment des acteurs privés peuvent se saisir d’un enjeu scientifique et sectoriel de taille…

Le Contrat de Plan Interrégional Etat-Régions Vallée de la Seine a renouvelé son soutien au projet en 2017 en permettant la poursuite du projet sur 2 ans. L’ADEME, l’Etat, la région Normandie et la région Île-de-France renforcent ainsi leur engagement en faveur de l’économie circulaire et du BTP. Cet investissement est un excellent signal compte tenu de la dimension régionale des politiques de gestion des déchets. La région Normandie est d’ailleurs pionnière en matière d’élaboration de son Plan régional de prévention et de gestion des déchets (PRPGD), attendu en 2018. De son côté, la région Île-de-France considère la faisabilité d’un objectif « Zéro déchet » dans son propre plan

Une encombrante histoire de déchets pour le BTP

Les enjeux sont en effet importants : avec une production annuelle de 28 millions de tonnes de déchets, le secteur du BTP francilien émet 5 fois plus que la production de déchets ménagers. Seuls 25% de cette production sont actuellement recyclés. En Haute Normandie, on estime une production annuelle de déchets de terrassement de 8 millions de tonnes par an. Tandis que dans le seul département de l’Orne, en Basse Normandie, le BTP produit 193 000 tonnes annuellement. Les travaux générés par le Grand Paris excaveront 43 millions de tonnes de terres entre 2014 et 2026, soit une augmentation de 10 à 20% de la production annuelle moyenne francilienne. Ces chiffres font craindre une saturation des capacités de stockage des deux régions dès 2020.

Le réemploi des terres excavées limité

Oui mais voilà : face à ce constat alarmant, les acteurs de l’aménagement sont confrontés à un vide règlementaire qui empêche de prendre le virage de l’économie circulaire. Or la loi de transition énergétique a fixé un cap de 70% de valorisation des déchets du BTP. Un objectif dont le secteur est encore loin… En l’absence de règlementation et de seuils de référence encadrant la réutilisation hors site et les échanges de terres inter chantiers, l’identification des potentiels de réutilisation de terres  reste en effet limitée. Car elle nécessiterait la réalisation d’études coûteuses au cas par cas et sans garantie de résultat. Et la démarché fait encore peser une forte responsabilité sur les acteurs concernés par ces échanges.

"Terres inertes" et inertie du secteur

Dans les faits : une partie de la profession utilise le critère de « terres inertes » pour faire du réemploi bien que celui-ci ne soit adapté qu’aux filières d’éliminations des terres en ISDI*, et non à la valorisation. Conséquences ? Des risques sanitaires et environnementaux en cas de réutilisation hors site sur la base de ce critère. Mais aussi des opportunités de réemploi de terres naturelles non inertes perdues. En cause? Une méconnaissance des teneurs existantes dans les sols du Bassin Parisien.

Le projet GEOBAPA entend alors mettre au point un outil solide faisant référence en matière de teneurs habituelles dans les sols franciliens et normands. L’étude prendra en compte les concentrations d’origine naturelle et celles issues de pollutions diffuses. En établissant un fond géochimique interrégional, le projet a pour objectif de définir des gammes de valeurs de référence. L’objectif? Faciliter l’identification des possibilités de réemploi des terres hors site au niveau régional.

 

Fédérer et mobiliser

« Dans 3 ans, on ne parlera plus de terres inertes. » C’est l’ambition partagée de ce projet scientifique qui devrait générer des opportunités de valorisation des terres. La première phase du projet GEOBAPA, d’une durée de un an, aboutira à une méthodologie d’élaboration du bruit de fond. Porté par SOLTRACING, BG Ingénieurs Conseils et GEOVARIANCES, le projet a pour vocation de fédérer les acteurs du BTP. Il est également appuyé par l’expertise technique du BRGM. Maîtres d’ouvrage et aménageurs publics et privés notamment se mobilisent pour accélérer la structuration d’une nouvelle filière d’économie circulaire. L’ADEME, les régions Ile-de-France et Normandie et le Ministère en charge de l’Environnement soutiennent déjà cette initiative. Elle s’annonce en effet déterminante pour le réemploi des terres excavées par le BTP.

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez contribuez au projet GEOBAPA.

 

Contact: Coline Eychène, cheffe de projet, c.eychene@soltracing.fr

 

Porteurs du projet

soltracing-logo-web

Soltracing, acteur spécialisé de l’économie circulaire proposant une solution de traçabilité complète des mouvements de terres excavées. Soltracing permet leur valorisation hors site via un référentiel de compatibilité environnementale, notamment pour les terres non impactées.

BG-logo-étendu

BG Ingénieurs Conseils, bureau d’études spécialisé en Environnement et Sites Pollués. BG apporte son expertise dans le cadre de grands projets franciliens générateurs de déblais.

Geovariances-logo-png

Geovariances, spécialiste en traitement statistique de données et en géostatistiques. Les applications se déclinent dans de nombreux domaines, notamment la caractérisation des sites et sols pollués.

Pour en savoir plus sur les travaux de la phase 1 du projet GeoBaPa:

Partenaires et soutiens


GEOBAPA reprend en 2018

GeoBaPa reprend en 2018

Le 20 janvier 2018

Après une première étude préparatoire de 1 an, le projet GeoBaPa reprend en 2018. A partir du mois d’avril démarrera une première campagne d’échantillonnage de sols. Retenu à nouveau par l’Appel à Manifestation d’Intérêt « Transition Écologique et Valorisation Économique » de la Vallée de la Seine, le projet devrait aboutir en décembre 2019.

Soutien renouvelé des partenaires institutionnels

Le Contrat de Plan Interrégional Etat-Régions Vallée de la Seine a renouvelé son soutien au projet en 2017 en permettant la poursuite du projet sur 2 ans. L’ADEME, l’Etat, la région Normandie et la région Île-de-France renforcent ainsi leur engagement en faveur de l’économie circulaire et du BTP. Cet investissement est un excellent signal compte tenu de la dimension régionale des politiques de gestion des déchets. La région Normandie est d’ailleurs pionnière en matière d’élaboration de son Plan régional de prévention et de gestion des déchets (PRPGD), attendu en 2018. De son côté, la région Île-de-France considère la faisabilité d’un objectif « Zéro déchet » dans son propre plan

Un contexte national plus que favorable

La poursuite du projet coïncide avec la publication du nouveau « Guide de valorisation hors site des terres excavées issues de sites et sols potentiellement pollués dans les projets d’aménagement ». Annoncée le 30 novembre dernier par le MTES*, l’INERIS et le BRGM, cette publication est une très bonne nouvelle pour le projet GeoBaPa. Le référentiel attendu sera en effet un des premiers à compléter le guide dans son approche régionale. A ce titre, le BRGM interviendra de façon plus étroite sur le projet en 2018. Une collaboration qui permettra de garantir la cohérence des résultats avec les recommandations nationales concernant la valorisation des terres excavées.

Échantillonner, analyser… et rassembler

 

Quels sont les enjeux des phases à venir ? Une des particularités du projet est le prélèvement de près de 1500 échantillons de sol au total. A cet effet, BG Ingénieurs Conseil agrandit son équipe en confiant la réalisation des prélèvements au bureau d’études Althéa Ingénierie. Le laboratoire Alcontrol interviendra sur la réalisation des analyses. « Le soutien des maîtres d’ouvrage est l’une des conditions de réussite de ce projet », rappelle aussi Coline Eychène, cheffe de projet chez Soltracing. « Nous tenons à l’objectif opérationnel de ce projet qui, au-delà de l’enjeu scientifique, doit fournir un outil utilisable par les professionnels du BTP ».

*MTES : Ministère de la Transition Écologique et Solidaire

 

Plaquette-visuel-1eredecouv

Pour en savoir plus sur le projet GeoBaPa, retrouvez la plaquette ci-dessous:

 

Contact: Coline Eychène, Cheffe de projet, c.eychene@soltracing.fr

Porteurs du projet

soltracing-logo-web

Soltracing, acteur spécialisé de l’économie circulaire proposant une solution de traçabilité complète des mouvements de terres excavées. Soltracing permet leur valorisation hors site via un référentiel de compatibilité environnementale, notamment pour les terres non impactées.

BG-logo-étendu

BG Ingénieurs Conseils, bureau d’études spécialisé en Environnement et Sites Pollués. BG apporte son expertise dans le cadre de grands projets franciliens générateurs de déblais.

Geovariances-logo-png

Geovariances, spécialiste en traitement statistique de données et en géostatistiques. Les applications se déclinent dans de nombreux domaines, notamment la caractérisation des sites et sols pollués.

BRGM-carré

Le BRGM, établissement public de référence dans les applications des sciences de la Terre pour gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol. Le BRGM pilote les projets FGU et BDSolU.

logo-esiris-group-rogné

Esiris, spécialisé dans la réalisation et l’interprétation de sondages. Esiris procède aux échantillonnages avec relevés pédologique et géologique des couches.

Partenaires et soutiens